En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies vous proposant des contenus adaptés et améliorant votre navigation. En savoir plus

RECAP K-LIVE 2017

1
13 juin 2017 #KLIVE2017 #RECAP #URBANZEBRA

Concept original et pluridisciplinaire, K-Live tend depuis 2008 à créer le pont entre les différentes formes d’art, et vise notamment à faire rayonner l’art urbain à travers son célèbre MaCO

Retour en image sur le K-Live 2017

Article par Marine Malice

 

Pour sa 10e édition, K-Live a reçu 10 artistes de marque, 10 figures reconnues de la scène street-art invitées à laisser leur empreinte et leurs couleurs dans les différents quartiers sétois.

Une programmation éclectique où les différentes approches techniques côtoient des univers artistiques aussi riches que variés. On y retrouve les collages facétieux de Madame Moustache et les dessins de rue de Levalet, les photographies graphiques de Quentin DMR, les origamis de Mademoiselle Maurice et les motifs design de Erëll, l’univers fantastique de Codex Urbanus et des Monkey Bird, ainsi que les paysages abstraits de Satone.

 

SAT ONE (VENEZUELA) :

Sat one

Ce vénézuélien qui vit aujourd’hui à Munich début dans le graffiti dans les années 90 avant de se tourner vers une formation de graphiste. Explorant des champ bicéphale qui associe abstraction futuriste et couleur vive, il mise sur une esthétique riche, libre et ouverte sur l’analyse personnelle.

A voir Quai d’Orient ! Satone : instagram / facebook

 

MADAME MOUSTACHE (FR) :

Madame Moustache, que nous avions rencontrée en octobre dernier sur le M.U.R. de Pérols, est désormais une habituée du K-Live. Invitée sur l’édition 2014, cette artiste atypique à l’univers résolument rock romantique et vintage revient cette année rue Villaret Joyeuse (au Café Social) pour dévoiler un collage toujours autant emprunt de fantastique et de poésie.

Site Web : madamemoustache.fr

 

QUENTIN DMR (FR) :

Les installations de DMR sont composées de bandelettes minutieusement découpées à partir de photographies. En les reconstruisant sur différents médiums, il s’inspire des principes de la mémoire et tend à repenser l’identité dans un mouvement psychique inspiré et simple, résolument tourné vers «l’humain et son environnement social».

Oeuvre visible Impasse Agnès Varga, dans le Quartier de la Pointe Courte.

 

MONKEY BIRD (FR) :

Monkey Bird K-Live 2017

Monkeybird est l’association de deux artistes français, qui ont choisi de retranscrire des thèmes sociaux en fables murales, grâce à la représentation d’animaux totems à la symbolique élaborée. Leur inspiration est principalement tirée d’œuvres sacrées ou lyriques telles que les enluminures, les vitraux, l’ornementation architecturale mais aussi des illustrations fantastiques. Pourla 10e édition du K-Live, ils livrent une fresque d’envergure qui fait l’unanimité !

A voir Rue Danton ! Les Monkey Bird : facebook / instagram

 

CODEX URBANUS (FR) :

Codex Urbanus K-Live 2017

Codex Urbanus est un street artist parisien qui, à la façon d’un alchimiste vandale, décline depuis plusieurs années un bestiaire de chimères sur les mur de la ville. Dessinées à même le mur, ces animaux fantastiques apportent une touche de poésie inattendue dans les rues.

Pour le K-live, il livre une oeuvre qui marie figuration libre et symboles sétois, dans une mise en scène à évocation religieuse. A voir Chemin du Mas Rousson !

Site Web : codexurbanus.com

 

MADEMOISELLE MAURICE (FR) :

Associant géométries déstructurées et jeux de symétries, Mademoiselle Maurice égaye chacune de ses oeuvres par une palette de couleur tirée d’un arc-en-ciel. Excellant dans l’art de l’origami, elle en a fait son domaine de prédilection, son symbole personnel, sa signature.

Généralement de papier, elle a décidé d’offrir au K-live sa première oeuvre fait d’origamis en métal galvanisé. Chemin du Mas Rousson !

Site Web : mademoisellemaurice.com

 

ERËLL (FR) :

Erëll mural au K-Live 2017

Erëll expérimente au grand jour une forme d’appropriation éphémère de l’espace urbain. Son travail est issu du graffiti et plus précisément du tag. Au fil du temps et de ses études artistiques, sa signature a évolué pour devenir son écriture.

Ses motifs adhésifs les particules sont une schématisation du tag qui, comme lui, prolifèrent et se répandent dans la rue. Il a été invité à repeindre une des façades adjacentes à la Place Brossolette.

(Facebook)

 

LEVALET (FR) :

L’œuvre de Levalet est avant tout un travail de dessin et d’installation. Il met en scène ses personnages dessinés à l’encre de chine dans l’espace public, dans un jeu de dialogue visuel et sémantique avec l’environnement présent.

Les personnages interagissent avec l’architecture et se déploient dans des situations frôlant souvent l’absurde. Pour K-Live, il a disséminé 8 pièces originales dans les rues de Sète. Saurez-vous toutes les retrouver? 

(Facebook)

 

SUNRA (FR)

SUNRA K-LIVE 2017

Invité surprise de cette 10e édition, Sunra est un street-artiste réputé pour son univers d’amour flottant. Partout où il intervient, il laisse échapper des coeurs sur les façades des rues pour délivrer un message de bonheur et de paix.

En collaboration avec l’association en charge de la résidence Habitat Jeune de Sète Bassin de Thau, Sunra a pu compter sur l’aide des quelques adolescent du foyer pour repeindre le bâtiment d’un rouge vif et passionné. 

Site Web : sunra.net

 

Crédit Photos : Marine Malice

Connectez-vous pour pouvoir commenter cette news.

Connectez-vous !