En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies vous proposant des contenus adaptés et améliorant votre navigation. En savoir plus

INTERVIEW ASSOCIATION ATTITUDE

Sans titre 2
17 mai 2016 #BOTY #Doumam #ThomasRaymond

C’est dans les locaux d’Attitude que nous avons retrouvé Thomas Raymond, président de l’association, qui soutient le projet d’édition de Doumam, photographe attitré du Battle Of The Year France.

L’occasion pour nous de discuter des différentes activités de l’asso et des projets à venir.

 

Bonjour Thomas, pourrais-tu nous présenter les différentes activités de l’association ?

Thomas Raymond : L’association intervient dans plusieurs domaines liée à la culture Hip-Hop : le Battle Of The Year bien sûr mais aussi le Réseau Hip-Hop Languedoc Roussillon qui est un réseau qui existe depuis 2007, qui a été monté avec plusieurs partenaires dont « La Casa Musicale » de Perpignan (http://www.casamusicale.net/), Da Storm à Nîmes (http://www.dastorm.fr/), « 11Bouge » à Carcassonne (http://www.11bouge.com/) et qui vient tout récemment d’intégrer le « MAPCU » (Mouvement Associatif Pour les Cultures Urbaines)  basé à Toulouse.

Ensuite on a la partie club sportif où l’on gère trois sections, le Skateboard, le BMX et la section danse :  la Vagabond School, une école de break que nous gérons depuis le rentrée dernière, située à la Paillade au nord de la ville et bientôt au Petit Bard. Après on a des dispositifs d’accompagnement notamment dans les DOM TOM (Mayotte, Nouvelle Calédonie, La Réunion, les Antilles), pour à la fois l’organisation de battle de qualification, la formation d’intervenants, et l’aide à la structuration de ces associations locales dans le but de pérenniser leur implantation.

 

Les débuts de l’association datent du milieu des années 90, que penses-tu de l’évolution du Bboying ?

Dans les années 90 quand le Bboying commence à être populaire en Europe, pas mal de danseurs comme Storm en Allemagne ou Maurizio en Italie ont commencé à s’inspirer des codes et du style des Bboys américains tout en y apportant leur touche. La particularité française c’est d’avoir su réinterpréter ces fondamentaux en y ajoutant d’autres influences : danse africaine, capoeira etc. Ce qui a rapidement donné naissance à une scène très créative avec l’émergence de plusieurs compagnies de danseurs comme Aktuel, Vagabonds ou les Wanted Posse.

Ensuite début 2000, on a assisté à l’ascension fulgurante de la scène asiatique qui a pris le relais principalement au Japon et en Corée, plutôt caractérisée par un style acrobatique et très technique. Et aujourd’hui on revient sur les fondamentaux avec notamment la vague des pays de l’Est comme la Russie ou l'Ukraine.

 

Et au niveau des battle ?

Disons que par rapport aux débuts on voyait beaucoup de compagnies de danseurs formées à partir de groupe de potes ou de connaissances du même quartier, mais avec l’émergence des battle 1 contre 1 comme le Rebull Bc One, ou 2 contre 2, les choses ont rapidement évolués, en particulier pour la nouvelle génération.

En France, on a la chance d’avoir une grande richesse et une grande diversité de danseurs, et progressivement on retrouve de plus en plus dans les théâtres des chorégraphes et des danseurs issus des battle. C’est une bonne chose parce qu’ils amènent souvent quelque chose de neuf et de différent par rapport à ce qui se fait habituellement dans les spectacles de danses contemporaine.

 

Doumam photographe officiel du BOTY France depuis 3 ans, comment s’est passé votre rencontre et pourquoi Attitude soutient son projet ?

Chez Attitude, nous avons toujours aimé promouvoir et encourager des jeunes photographes. A nos débuts c’était avec Ray Demski avec qui nous avons collaboré pendant plusieurs années lors des premières éditions du Battle Of the Year. Aujourd’hui il a gagné une renommée internationale et nous sommes content d’avoir un participer à son ascension.

Après on a eu Brisk pendant quelques années, Homard Payette également qui a eu depuis un beau parcours, l’idée est toujours de mettre en avant des jeunes talents pour qu’ils puissent engranger de l’expérience et profiter de notre visibilité. En retour on bénéficie de photos artistiques avec un point de vue intéressant sur les danseurs qui participent à nos évènements et qui apprécient d’avoir de belles photos.

 

Pour terminer pourrais-tu nous dire un mot sur les projets à venir ?

Nos projets à venir sont surtout axés sur la formation, on a ouvert une école à La Paillade : La Vagabond School,  celle du Petit Bard doit ouvrir en septembre 2016. Il y a également toute la partie développement de l’outre-mer qui commence à prendre de l’ampleur, notamment à travers l’organisation et la structuration d’acteurs locaux pour promouvoir et organiser des compétitions.

On travaille également sur le festival de rap qui se déroule avant le BOTY, cette année c’est 2 soirées rap au Rockstore et un concert gratuit donné en plein centre-ville par le groupe Montpelliérain Set & Match. Toutes les informations seront bien sûr relayées sur notre site : http://www.botyfrance.com/ our sur notre page Facebook.

 

 Propos recueillis par Boris N. le 1 avril 2016

Connectez-vous pour pouvoir commenter cette news.

Connectez-vous !