By continuing your visit on this website, you accept the use of cookies offering you tailored content and enhancing your browsing experience. Learn more

RENCONTRE AVEC UNION URBAINE

Union urbaine interview
November 12, 2015 #unionurbaine #interview

Rencontre avec Arsène et Victor, les deux co-fondateurs d’UnionUrbaine.com une plateforme lancée récemment, qui recueille articles de fond, interviews et reportages sur la culture urbaine.

Cercle Rouge : Bonjour, pouvez-vous nous raconter comment est né le concept ?

 

Arsène : Le point de départ c’est la rédaction de mon mémoire sur les relations entre cultures urbaines et institutions. Par institutions j’entends aussi bien publique que privée. Je voulais étudier cette relation partant du constat que la culture urbaine dans ses différentes esthétiques (musique, danse, graffiti) est souvent vue de haut, méconnue et considérée comme une « sous-culture ». Donc dans le cadre de mes recherches j’ai réalisé beaucoup d’entretiens que j’ai ensuite publié sur une plateforme : unionurbaine.com

 

Cercle Rouge : J’imagine que ça a changé des choses de publier ces entretiens. 

 

Arsène : Oui complètement ça leur a donné un angle plus journalistique, et le fait que ça soit publié on a vu pas mal de gens qui prenaient des pincettes dans leur réponse.

 

Victor : Il y a eu quelques fois où quand on leur renvoyait l’article qui allait être publié le site, on nous a demandé de modifier ou de supprimer certains propos.

 

Cercle Rouge : Plutôt côté institutions non ?

 

Arsène : Pas que, on eu des artistes aussi qui voulaient pas se griller ou se faire de la mauvaise pub.

 

Victor : Oui ce n’est pas obligatoire de renvoyer un article ou une interview avant qu’elle soit publiée, mais on voulait faire un travail honnête et transparent sans bien sûr causer du tort aux personnes qui ont accepté de nous répondre. 

 

Cercle Rouge : Donc Union Urbaine est le prolongement de ce travail ?

 

Arsène : En fait-on s’est rendu compte qu’on avait pas mal de personnes dans notre entourage qui étaient intéressés par le concept. Du coup chacun est venu avec ses compétences et on bosse ensemble sur la rédaction des articles. L’idée c’est de rester visible et d’entretenir le lien qu’on a créé entre institutionnels et acteurs des cultures urbaines. Le but est de devenir aussi un média à part entière en diffusant le travail de ceux qui n’ont pas d’autres relais.

 

Victor : On vient de créer une rubrique sur le site qui s’appelle « Expression Urbaine » qui sera un espace de diffusion pour la jeune création.

 

Cercle Rouge : Côté Graffiti, vous avez rencontré beaucoup d’artistes de la scène montpelliéraine ?

 

Victor : Beaucoup c'est peut-être pas le mot mais quand même un certain nombre d'artistes majeurs de la ville, des historiques comme Honk qui graffe depuis la fin des années 90. Et puis c'est quand même un petit réseau, au final c'est souvent les mêmes noms qui reviennent. Maye, Sweo, Nikita... ces deux-là on les a rencontré aussi d'ailleurs. C'est ceux qui se sont occupés de la fresque géante sur deux des immeubles que tu peux apercevoir en allant aux Aubes, près du Corum.

 

Arsène : Comme on te le disait, on s'intéresse pas uniquement aux artistes mais à tout l'univers professionnel qui gravite autour. Par exemple, on a aussi rencontré Sade, qui tient la galerie Montana, rue d'Alger. C'est une façon pour nous d'avoir une vision globale d'un mouvement. Pareil pour la musique, on s'est rendu au studio d'Uni'sons, les organisateurs du concours Disk'Air. On veut essayer de faire ce travail sur toutes les esthétiques des cultures urbaines.

 

www.unionurbaine.com | Page Facebook

 

Sign in to comment this news

Sign in !